Les méandres de l'esprit humain

» Critique de l'anime Shin Sekai Yori par Pyrx le
28 Septembre 2014
Shin Sekai Yori - Screenshot #1

Pour ma première critique sur Anime-Kun, j'ai choisi un anime malheureusement beaucoup trop méconnu. L'ayant avalé d'une traite, je me sentais presque obligée de lui rendre hommage en posant des mots sur les émotions brutes que j'ai ressenties durant mon visionnage.

La critique d'un animé, me direz-vous, repose sur des choses simples. Le chara-design, les musiques, l'histoire, le traitement des personnages. La critique est à mon sens quelque chose qui se veut objectif sans l'être véritablement. Ce qu'on trouve bon, ne l'est surement pas pour d'autres personnes, mais généralement pour les oeuvres qui peuvent se targuer d'avoir le préfixe de chef, la plupart des gens s'accordent sur une même pensée.
En feuilletant le net, j'en ai conclue que Shinsekai Yori faisait partie de ses oeuvres universelles qui laissent leur trace dans l'esprit. Je ne dirai que ce n'est pas tellement pour le chara-design qui est beau sans être exceptionnel et qui part un peu en cacahuète parfois. Les musiques sont pour le coup très bien choisie et même si elles sont pauvres en nombre, elles ont une portée qui permet de mettre tout de suite dans l'ambiance.

Non ce qui fait clairement la force de ce bijou, c'est l'histoire et les personnages qui nous la font découvrir.
Les mondes post-apocalyptiques sont peut être revus et archi-revus, mais ils ont la force de nous mettre en face des réalités. Ces mondes où le pire où a été vécu nous rappellent avec dégout et admiration ce qui font nos qualités d'êtres humains, puisque c'est justement cela qui feront que les humains feront toujours des erreurs.

Shin Sekai Yori - Screenshot #2Shinsekai Yori nous décrit avec toute la douceur candide de cinq enfants ce que sont devenus les êtres humains mille ans après notre ère. Doucement, presque naturellement, nous découvrons que nous n'avons pas changé. Tout est passé au crible et décrit lentement mais avec une brutalité qui nous saute aux yeux qu'à la fin.
Et le noeu du problème est l'esprit humain. Ce pouvoir qu'est le Cantus ne semble qu'être en réalité que la personnification de ce que nous sommes et le fait d'être humain est justement ce qu'il y a plus de compliqué à gérer.

Shinsekai Yori fait s'affronter tout au long de ses 25 épisodes les deux facettes de notre être mais comme dans tout être humain, notre être n'est absolument pas manichéen et ne peut se résumer à être bon ou mauvais. Tout est mélangé et c'est ce qui a poussé la société à être ce qu'elle est, une société de contrôle où les enfants sont observés à la fine loupe. Pourquoi les enfants d'ailleurs ? Il est vrai que lorsque j'ai commencé l'animé, j'étais sceptique de suivre ce monde avec des enfants qui n'avaient surement pas la maturité pour appréhender ce qui se passait.
Grossière erreur, les enfants sont en réalité les seuls à pouvoir avoir ce rôle. Nous découvrons en même temps ce qui se trame derrière le petit monde parfait dans lequel ils vivent, nous nous interrogeons avec eux et en somme oui nous avons les mêmes questions que des petits enfants. Ils sont naïfs, mais courageux et pleins d'amours.

Shin Sekai Yori - Screenshot #3Ils représentent le mieux le genre humain avant que dernier soit pris dans la gangraine de la peur, pour devenir ce qu'il est dans l'animé. Ces cinq enfants ressentent les émotions à l'état brut et ne les rejettent pas, ils sont tout simplement humains et c'est peut être justement là le principal problème qu'ils posent. Ils sont imparfaits, incapables de se contrôler totalement, ils sont totalement purs dans leur impureté.

Et ce problème d'être humain resurgit dans une autre mesure avec les extranerratus. D'abord présentée comme une sous-espèce dotée d'une certaine intelligence, celle-ci se révèle être le point centrale de l'histoire mais surtout la poussière que nous essayons de balayer continuellement sous le tapis. Leur évolution fait écho à celle des enfants, ceci en étant construit d'une manière formidable. D'abord rencontrée comme créature incapable de parler notre langue, petit à petit nous rencontrons des membres de l'espèce plus intelligents qui eux-mêmes évoluent dans leur propre société. Petit à petit sournoisement, cette espèce devient de plus en plus proche de l'humain et commence à poser problème jusqu'à la toute fin où la bombe est lâchée.

Shin Sekai Yori - Screenshot #4Finalement, on reste bouche bée sur cette fin en même temps si prévisible. On se demande... Pourquoi ? Pourquoi tout cela ? Finalement toutes les aventures de nos héros enfants n'étaient pas si importantes - si ce n'est la toute dernière qui est très très émouvante - puisque la fin se déroule quand ils sont un peu plus grand. On trouve très rapidement réponse à nos questions. Tout simplement parce que ces enfants au destin si exceptionnels ont été polis devant nos yeux et sont devenus la quintessence de l'humain. Ils ont aimé, pleuré, ont combattu au nom de l'amitié, se sont rebellés, ils ont été manipulés, mais jamais ils n'ont été affectés par la maladie des adultes : la peur.

La fin fait donc perdre en saveur les émotions pures et infantiles que nous avions ressenties jusque là, pour laisser place à des réflexions plus profondes et plus poussés. Elle nous offre toutes les réponses dont nous avions besoin, et surtout une des plus importantes. Qu'est ce qui fait de nous des êtres humains ?

Ces réponses, vous les connaissez déjà, mais Shin Sekai Yori vous rappellera avec force à quel point vous pouvez être beau dans votre humanité. Ce n'est pas votre corps ou vos chromosomes qui font de vous des humains, ce sont vos sentiments et votre esprit. L'amour que nous pouvons ressentir, l'imagination de notre esprit, est plus fort que tout.

Verdict :10/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (12)
Amusante (0)
Originale (0)

16 membres partagent cet avis
3 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Pyrx, inscrit depuis le 10/09/2014.
AK8.1.13 - Page générée en 0.051 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.218553 ★