Critique de l'anime Naruto

» par Unicorn le
30 Avril 2012
| Voir la fiche de l'anime

Bien, il est temps de se lancer dans ce difficile exercice de style qu’est la critique akunienne. Aujourd’hui ma victime sera l’anime Naruto, un bon shonen des familles, avec son lot de bastons, de méchants très méchants, de techniques tantôt dévastatrices, tantôt farfelues, d’humour, de bons sentiments.

Tout d’abord il vaut mieux replacer cette série dans son contexte, c'est-à-dire la période préadolescence-adolescence, période typiquement shonen pour ceux qui comme moi deviendront, quelques années plus tard, de braves otakus. Parce que pour ceux qui ont découvert Naruto, l’anime comme le manga d’ailleurs, bien plus tard, les défauts découlant naturellement d’une œuvre fleuve telle que celle-ci leur sauteront aux yeux assez rapidement.

Parmi ces défauts, l’éternel grosbillisme à outrance, concept selon lequel le héros passe son temps à progresser, un peu comme dans un MMO, passant du statut de noobissime à celui de PGM, et surtout s’octroyant des attaques pouvant réduire une bombe nucléaire au statut de pétard mouillé. Ensuite les épisodes HS, qu’on retrouve assez souvent dans ce genre de série, même si dans ce cas précis ils ont eu la bonne idée de caser les fillers à la fin, du cent trente-sixième épisode au deux cents vingtième il me semble, de sorte à éviter de casser tout le scénario, les épisodes dits « fillers » étant souvent incohérents par rapport au scénario établi dans le manga, je conseille vivement de les ignorer et de passer à Shippūden directement. Les personnages sont volontairement des clichés du shonen, je pense essentiellement à l’équipe de Kakashi, avec Naruto, l’idiot du village, immortel, qui se relève constamment plus fort que jamais alors qu’il était aux portes de la mort, Sasuke le brun ténébreux qui plaît aux filles, et qui apprécie Naruto malgré le fait qu’il ne le montre pas vu que ce serait pas suffisamment cool, Sakura, unique représentante au sein de l’équipe de la gent féminine, et surtout complètement inutile sur tous les plans, et enfin Kakashi, le maître, l’entité à surpasser, celui qui incarne force tranquille et charisme de folie.

Ca, ce sont les défauts qui ne gênent pas l’amateur de shonen dans la fleur de l’âge, souvent d’ailleurs parce que c’est son premier anime/manga. Je n’ai aucune honte à avouer que je fais partie de cette catégorie, et que mon premier manga narrait les aventures insolites d’un petit blond qui voulait devenir ninja.

Malgré cela, s’il y a bien une chose qui m’avait gêné à l’époque, et donc encore plus maintenant, c’est la lenteur dans l’avancement de l’histoire. Il n’est en effet pas rare de retrouver des épisodes constitués à nonante pour cents de flashbacks, qui nous rappellent ce qui s’est passé durant l’enfance d’untel, voire pire, ce qui s’est passé trois épisodes avant. Parfois les deux dans le même épisode. Ajoutons à cela les passages obligatoires de discussion dans les bastons, pour expliquer pourquoi telle technique et pas une autre, pourquoi le plan de Shikamaru est génial, pourquoi tu peux pas me vaincre parce que je suis l’héritier du pouvoir ancestral d’une famille millénaire, blablabla … Finalement il faudra pas moins de 13 épisodes pour sortir de l’épreuve éliminatoire, et sincèrement, Sakura vs Ino, déjà en manga c’était chiant, mais l’étaler sur deux épisodes, c’est vraiment de la torture.

Concernant les personnages, on pourrait pondre un vrai pavé de texte s’il fallait en faire le tour, non pas qu’ils soient spécialement fouillés, mais plutôt parce qu’il y en a vraimet beaucoup, allant du plus classique au plus exotique, comme je l’ai déjà dit des méchants pas beaux (Zabuza, Orochimaru), ceux qui sont là pour la figuration (Choji, Ino), d’autres qui sont relativement faibles en combat mais qui apportent une touche de bons sentiments bien guimauve (Hinata, Sakura), ou encore Kasparov, alias Shikamaru, qui à partir d’un trombone et d’une ficelle peut défaire n’importe qui en un contre un. D’ailleurs, d’un point de vue purement personnel, j’adore ce personnage et surtout sa manière d’exposer son plan génial dès que l’ennemi s’est fait avoir comme un bleu, à la manière de L ou de Light dans Death Note. Conclusion, le casting de Naruto étant fourni et varié, c’est difficile de ne pas y trouver son bonheur.

Musicalement parlant, c’est quasiment un sans faute pour moi, les thèmes collent parfaitement à l’ambiance, même s’ils manquent parfois de variété. Ils contribuent en tout cas à l’identité de la série, et sont facilement identifiables à l’oreille. Les combats doivent d’ailleurs une partie de leur cachet à l’OST, et à l’excellent thème des retournements de situation, qui arrive à exacerber l’epicness d’une séquence. Les openings sont également sympas à écouter.

Pour conclure sur Naruto, je dirais que ce n’est pas un mauvais anime, loin de là, mais qu’il est dommage de retrouver un rythme quelques fois relativement lent dans une série qui table exclusivement sur la baston. Cela dit, c'est du bon shonen, suffisamment grand public pour expliquer le très large succès commercial de cette série.

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (0)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Unicorn, inscrit depuis le 30/12/2011.
AK8.1.13 - Page générée en 0.046 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.189987 ★